Lifestyle

Voyage aux Philippines – Itinéraire d’une aventure

L’équipe Huiles et Merveilles vous a présenté son guide pour partir à l’aventure. Pour faire suite à cette article et illustrer les expériences qu’un voyage peut vous ouvrir, nous avons décidé de partager notre dernier voyage à l’autre bout de la Terre. Destination Philippines.

Où, quand, comment ? Les premiers choix

Sans trop de raison, les Philippines ce sont imposés comme la bonne destination. Sur le papier, il y avait tout ce qu’on recherche : météo, mer, jungle, nature, ville. Une fois la destination choisie, il a été simple de trouver le bon moment pour partir.

Les Philippines, comme toute région tropicale, possèdent des saisons bien marqués. L’idéal pour partir est la période Janvier – Mars. Elle correspond à une période pas trop chaude avec de très rares averses. Au-delà de ces dates, s’installent des pluies plus conséquentes avec des chaleurs étouffantes.

Parfait, nous savons où nous allons, quand nous y allons et pour combien de temps (2 semaines). On réserve les billets d’avion, le travail de préparation peut commencer.

Le choix matériel – Bien préparer son sac

Partir en back-pack signifie tout d’abord de s’équiper d’un bon sac. Il sera sur votre dos tout au long de ce voyage, ainsi faites en allié : le plus léger possible, agréable à porter, d’une taille idéale.

Avant de partir, il est normal d’avoir des doutes sur l’équipement à prendre. On a tendance à toujours trop amener, il va falloir faire des sacrifices tout en prenant les essentielles. De notre côté :

Les essentiels :

  • Hygiène – Médicament (pas question de partir sans l’essentiel d’hygiène et des médicaments – Maux de ventre, fièvre, anti-biotique, désinfectant).
  • Chaussure de plongés : Au lieu des tongs/sandales, nous avons optés pour des chaussures de plongés tout-terrain !
  • Short « aventure » : En nylon, il sèche rapidement et vous pouvez à la fois l’utiliser en mer comme sur terre !
  • Pochette étanche : très pratique pour toujours avoir son portable au sec
  • Petit sac en bandoulière : Ne prenez pas de risque, gardez vos documents importants, clés, argent prêt de vous et à l’abris des regards.

Conseils :

  • Ne vous encombrez pas d’habits, faites simple et pratique : vêtements techniques
  • Pour les chaussures, optez pour des baskets et des chaussures de plongés
  • Si vous partez/revenez du même aéroport, vous pouvez laisser les affaires lourdes dans un casier (anorak par exemple).
  • Prévoyez un petit sac pour vous déplacer sans encombre la journée

En lien avec l’article : Partir à l’aventure, faites une pause dans votre vie

Itinéraire d’un voyage aux Philippines

Rentrons dans le coeur du sujet, le voyage aux Philippines et les itinéraires que nous avons emprunté. Chaque jour était rempli de surprise et nous avons décidé de ne pas trop planifier. Nous savions où nous atterrissons et dormons le premier soir, ensuite, ce fut l’inconnu.

Le grand départ – Bruxelles/Hong-Kong/Cebu

On est le jour J-1, les transports sont compliqués et nous partons la veille à l’aéroport international de Bruxelles et nous logeons juste à côté. Notre vol est tôt, évitons de le louper ! La compagnie Cathay Pacific nous amène sans encombre vers Hong-Kong puis, en moins de deux heures, nous nous retrouvons dans le vol pour Cebu.

Nous avons décidé d’atterrir à Cebu et non à Manille, la capitale. En effet, pour la durée de notre séjour, il était préférable de commencer sur l’île de Cebu et s’éviter des jours de transports supplémentaires pour sortir de la capitale.

Les premiers jours – Le choc de culture – Direction Moalboal

Sac sur le dos, sortie de l’aéroport : la vague de chaleur nous empoigne et nous arrache à l’hiver français qui était encore dans nos esprits. En face de nous, les premières images des Philippines : tout semble bruyant, chaotique. Mais nous nous reprenons rapidement et cherchons un moyen de rejoindre notre première destination : Moalboal.

Couchée de Soleil sur Moalboal

Pour rejoindre Cebu à Moalboal, plusieurs options :

  • Chauffeur privé : comptez environ 2500 PHP – Le plus rapide – entre 2 et 3h
  • Taxi : cela dépend s’il met le compteur ou si vous négociez bien;
  • Bus : pour cela, vous devrez rejoindre le terminal de Ceres Bus au centre de Cebu (via un Taxi, Jeepney ou autre) et prendre le Bus direction Moalboal. Comptez quelques longues heures mais environ 300 PHP

Arrivés à Moalboal, nous atterrissons dans une charmante Guest House (Roos Guest House) gérée par un Hollandais rempli de bons conseils. Nous décidons, d’un commun accord, de rester 3 jours à Moalboal pour s’acclimater et profitez du coin : ces 3 jours étaient nécessaires après le jet-lag !

Depuis Moalboal, vous aurez accès à quelques zones intéressantes.

Les Kawasan Falls sont des chutes d’eau au milieu de la forêt. Nous vous conseillons de faire l’itinéraire Canyoning. Les Philippins sont assez forts pour organiser ces visites, laissez vous guider par les locaux.

Moalboal est devenu très vite un petit chez soi, on s’adapte à son folklore, ses restaurants, bars et plages. Sur place, vous pourrez avoir la chance de voir des bancs de sardines ou des tortues. Prenez une journée pour louer un scooter et vous promenez vers la White Beach.

Canyoning le long de la rivière vers Kawasan Fall

Durant ces quelques jours à Moalboal, nous avons rencontré un couple de français et nous avons décidé de faire un bout de route ensemble. Nous pensons en avoir assez vu de Moalboal, c’est décidé, demain on part pour Oslob.

Etape 2 – Au revoir Moalboal, Bonjour Oslob

Ca y est, les sac à dos sont fais, nous attaquons la deuxième partie de notre voyage. Grâce à la ligne de bus CERES qui fait le tour de l’île de Cebu, nous sommes parties de Moalboal vers Oslob.

Info pratique : L’arrêt Ceres à Moalboal se trouve au niveau du centre-ville, à côté de la Police. Pour rejoindre Oslob, vous devez changer de bus en milieu de parcours ! La voyage reste relativement long, comptez 3-4h, mais les bus sont relativement fréquents.

Nous arrivons de nuit à proximité de notre logement où une charmante Philippine retraitée nous accueille. La discussion est laborieuse mais intéressante, et nous logeons directement dans sa maison. On s’adapte rapidement à ce strict minimum ! Pour manger, nous nous mélangeons à la population et mangeons sur la place du marché : belle expérience.

Dès le lendemain matin, nous arpentons les rues à la recherche d’un transport pour rejoindre l’attraction principale d’Oslob : nager avec les requins baleines. Premier conseil, y aller le plus tôt possible ! L’activité est de 6h à 9h, mais n’hésitez pas à y être en avance. J’étais un peu sceptique au départ (conditions animales, etc.) , mais la vision d’un requin baleine est magnifique et la façon dont l’attraction a géré ne m’a pas choqué.

Après cette activité matinale, nous avons décidé de passer la journée à vadrouiller. Nous avons visiter les Tumalog Fall. La fin de journée fut sous le signe de l’organisation : nous irons voir les tortues marines à Apu Island !

Etape 3 : D’Oslob à Apu Island

Une fois de plus, le réveil sonne à 5h. Les sacs sont déjà fermés et, en avalant une mangue sur le chemin, nous attrapons le premier bus et rejoignons nos nouveaux compagnons de voyage. Le périple des transports commence !

Le bus nous dépose à Liluan (ligne Ceres), nous prenons le ferry direction Dumaguette, sur place nous reprenons un bus direction Malatapay, la ville la plus proche d’Apu Island. Une fois dans le coin, nous négocions pour faire le transport par bateau de Malatapay vers Apu Island : il existe une compagnie Malatapay Ferry s’occupant du transfert entre île.

Nous y sommes ! L’île d’Apu Island est merveilleuse et est à l’image de l’île paradisiaque. Cette île est très peu peuplé et les installations sont assez modestes. Car seulement accessible en bateau, l’île d‘Apu Island reste un endroit peu fréquenté et vous pourrez profitez de ses merveilles : des coraux, des poissons, des tortues, des plages magnifiques le tout avec une San Miguel. Parfait, nous sommes tous les quatre aux anges.

Etape 4 : D’Apu Island vers Panglao

Le séjour dans la région d’Apu Island fut de courte durée, mais néanmoins très intense. Après avoir nagé avec les tortues, nous repartons le lendemain à 5h. Le propriétaire de la maison où nous logions nous dépose à l’arrêt de bus, le long de la Highway, cela nous évite de faire les 30 min de marche et de rejoindre à temps nos amis pour rouler vers Dumaguette – Terminal Bus.

Dumaguette est une ville relativement grande, mais je déconseille d’y rester. Non pour des raisons de sécurité, mais vous profiterez tellement plus de la nature que de la ville durant votre séjour. C’est pourquoi, nous décidons de ne pas s’y attarder et prenons directement le ferry direction Tagbilaran (le port pour accéder à Bohol et Panglao).

La correspondance Dumaguette et Tagbilaran est gérée par la société Oceanjet, il y a peu de voyage par journée et l’endroit de départ est différent de l’endroit où vous achetez des tickets. Le plus simple, demandez à un tricycle de vous y déposer ! Prévoyez un peu de marge avant d’y aller, il y a des contrôles sécurité qui peuvent durer. Nous avons pris le premier ferry de 9h30.

Dans l’attente du ferry, nous prenons notre petit déjeuner en bordure de mer. On embarque, et après quelques heures dans ce bateau climatisé, la chaleur de Tagbilaran nous saute à la gorge (on commence à s’habituer à la transition clim/chaleur). Comme à chaque sortie de ports, aéroports tout le monde nous propose de nous emmener. On négocie un peu avant de prendre le premier tricycle qui nous emmène, à prix très raisonnable, sur l’île de Panglao où nous avons loué pour la nuit un magnifique logement pour 4 personnes. On profite de cette journée pour nous reposer, on loue 2 scooters et on parcourt l’île sous un magnifique soleil !

Panglao est une île sympathique mais on y fait très rapidement le tour. Les touristes sont relativement nombreux et il y a peu de lieu exceptionnel. Néanmoins, le coin est super pour se reposer 1 jour durant notre voyage.


En lien avec l’article : Partir à l’aventure, faites une pause dans votre vie

Etape 5 : De Panglao à la jungle de Bohol

Dimanche, jour du seigneur ! On l’a rapidement compris aux Philippines que le dimanche était signe de repos lorsque nous avons essayé de trouver un moyen de se déplacer. Mais après un super petit-déjeuner dans notre Guest House, le père du propriétaire nous propose de nous déposer à Loboc, ville de la région de Bohol.

Pour rejoindre Loboc depuis Panglao, vous traverserez différents paysages pour finir votre tour dans la jungle. Nous arrivons, après une dizaine de minutes de route de forêt, à notre guest house : Huts Nuts. Ce fut le meilleur endroit où nous avions logé durant notre séjour : cadre magnifique, activités nombreuses. Ce sera notre chez nous pour 2 jours !

Il est seulement 9h lorsque nous déposons nos sacs à l’acceuil de la Guest House, il s’agit d’une grande cabane à flan de colline, vous offrant une vue exceptionnelle sur la jungle. Après quelques minutes de repos, direction la rivière que nous remontons en kayak à la recherche de sa source : des cascades.

Il est midi lorsque nous décidons de partir un peu plus haut en montagne pour visiter les Chocolate Hills. L’accès peut se faire en bus, ce que nous faisons. Après 30 minutes de voyages et de secousses dans ces routes de montagne, on arrive aux Chocolates Hills : enfin il va falloir encore un peu grimper à pied (ou en moto pour quelques pesos) !

Notre côté sportif nous permet, peu à peu, de découvrir cette merveille de la nature. Des formations à perte de vue de collines d’une forme très étrange. Difficile à croire ce qu’on voit, la Nature regorge de surprise ! Mais avec tout cela, on ne voit pas le temps passer, il commence à se faire tard et 2 bus remplies sont déjà passés … Il commence à faire nuit et nous oublions le bus pour se rabattre sur une solution de secours. Certains chauffeurs nous proposent de nous déposer pour 3000 pesos, ce que nous refusons. Finalement, une personne bien aimable, père de famille nous offre son aide, nous décidons de lui donner 500 pesos. On monte à l’arrière de son 4×4 et on parcourt sous le ciel étoilé 30km de route de montagne. Ce n’est qu’après qu’on se rend compte du détour que cette personne a fait pour nous aider ! Encore 1km de marche dans des sentiers en lisière de jungle pour retrouver notre Guest House.

Le lendemain, très tôt, nous décidons de suivre un itinéraire randonnée guidé par un Philippins en tong (détail important). Notre groupe s’agrandit avec l’accueil de quelques jeunes allemands. Mais l’habit ne fait pas le moine, les tongs de notre guide ne l’empêche pas de nous mener dans des grottes et forêts denses. La chaleur pèse et une allemande craque ! Mais on est arrivé tout en haut, dans une grotte abritant des centaines de chauve souris. Juste derrière, une installation locale nous permet de faire de la Zip Line au-dessus de la jungle : 450m de câble au dessus d’un paysage magnifique.

C’est avec le coeur lourd qu’on quitte cet endroit magnifique, mais la vue de Tarsier dans le parc national nous permet de faire une transition. Nous retournons vers Tagbilaran !

Etape 6 : Bohol – Cebu

Etape très courte qui consiste essentiellement à prendre différents transports. Car nous avons décidé de quitter la région pour partir vers l’île de Palawan. On a réservé nos billets en dernière minute (ce qui nous a coûté relativement cher) au départ de Cebu Mactan vers Puerto Princesa.

Pour aller à Cebu depuis l’île de Bohol, vous êtes obligé de repasser par Tagbilaran et reprendre la compagnie OceanJet. Le dernier bateau est à 18h30 ce qui vous laisse le temps de profiter ! Nous avons choisi de prendre la « low-class » mais très mauvaise idée de se retrouver à l’extérieur, la nuit dans un bateau allant à toute vitesse.

Nous décidons de nous reposer le soir, départ très tôt le lendemain.

Ca y est, on décolle vers Palawan !

Etape 7 : Bienvenue à Palawan – Puerto Princesa

Hier, c’était la dernière fois que nous voyons nous deux amis de voyage Sarah et Benoît. Nous décidons de changer d’itinéraire. Nous avons moins de temps qu’eux et ils décident d’aller jusqu’à El Nido, nous resterons dans les environs de Puerto Princesa.

Notre aventure à Palawan dure seulement 4 jours et 3 nuits. Nous nous organisons très rapidement et décidons de rester au centre de Puerto Princesa à proximité des chauffeurs et de la ville. Ca y est, nous savons ce que nous allons faire !

Excursion dans Puerto Princesa

La première journée à Palawan est très monotone par rapport au reste du séjour, nous ressentons un vide depuis que nous avons quitté Bohol et nos compagnons de voyage. Alors on décide simplement de se promener et nous nous perdons dans un village prêt de la plage. Aucun touriste en vue, nous nous sentons comme des espions, invisibles dans ce monde qui se déroule devant nous : des enfants courant sans chaussures tandis que les parents pêchent le crabe.

Etape 8 : Direction l’Underground River

5h, le réveil. Encore sous le coup de la fatigue, nous embarquons dans un minibus plein de Philippins, ce seront nos compagnons pour la journée. La direction ? L’underground River, soit une des merveilles de ce monde : une rivière souterraine dans un paysage magnifique. Mais tout d’abord, nous profitons de la route et de ces paysages.

La première étape du voyage consiste à visiter des mangroves (il s’agit de l’ensemble des végétaux bordant l’île et offrant une protection contre les vagues et l’érosion, véritable vivier). Mais nous manquons d’argent et décidons de faire notre propre visite : aucun regret !

Suite à cette petite aventure matinale, vient l’heure du repas ! Un magnifique buffet de spécialité nous attend, préparé par un restaurant et compris dans notre visite journalière.

Petite mésaventure durant ce repas, même si l’anglais est très pratiqué dans tous le pays, on peut déplorer une différence de niveau chez certaines personnes. Cela nous est tombé dessus lorsqu’on nous a proposé une spécialité locale, le Tamilok ! Les quelques mots que nous avions compris de la part des Philippins était « Coco » et « Wood », finalement nous nous sommes retrouvé avec une assiette de vers de 15cm de long logeant dans les bois morts de la mangrove ! Juste un, pour essayer, et bonne surprise, cela a le goût d’une huître sucrée.

On quitte la table et on rejoint le point de départ vers les rivières souterraines. L’accès doit se faire par bateau et, une fois sur place, nous prenons une petite embarcation pour rentrer au coeur de la colline. (Si vous décidez de faire ce voyage sans guide, il vous faudra demander une autorisation)

Sentiment étrange de se laisser porter par un petit bateau, dans un noir quasi total et un silence religieux entrecoupé du bruit de pagaie ou d’animaux effrayés par notre passage. Il est très difficile de décrire ce que nous voyons, mais c’est impressionnant. Nous nous sentons si minuscule dans ces galeries.

La journée fut chargée d’émotion, nous retournons à Puerto Princesa.

Etape 9 : Direction Port Barton

On a longuement hésité, mais nous aurons peu d’occasion de voir ces endroits dans notre vie. Ainsi, on décide de se lever à 4h pour partir vers Port Barton. Nous sommes accompagné d’un Philippin avec qui nous avons beaucoup discuté de la culture locale.

Une fois arrivé à Port Barton, nous nous équipons pour partir une journée en mer et nous nous arrêtons prêt des barrières de corail pour faire du snorkeling. L’eau est bleu azur, le soleil est haut dans le ciel, le cadre est magnifique. Nous finissons notre mâtiné par l’amarrage sur une petite île paradisiaque où notre repas sera cuisiné avec les outils à dispositions. Nous passons de merveilleux moment sur cette île et nous pouvons un peu nous éloigner et marcher sur les bancs de sable.

L’après-midi est rythmée par les mêmes activités : snorkeling et découverte d’îles.

La journée fut bien remplie, nous prenons la route vers Puerto Princesa, épuisés !

Etape 10 : On fait les valises et on prend l’avion …

Moment le plus difficile du séjour. Nous savons que demain, nous devons reprendre notre avion vers Hong-Kong et Bruxelles. Le temps qu’il nous reste est compté et nous en avons trop peu pour faire des activités. De plus, la fièvre a frappé durant la nuit à cause des grosses chaleurs de la veille. En bref, ce dernier jour marque une vraie rupture.

Dernier petit moment de bonheur de ce séjour, l’escale à Hong-Kong. En ayant plus de 9h sur place, nous décidons de visiter la baie de Hong-Kong et se laisser porter par nos estomacs et découvrir les spécialités locales.

Enfin, l’avion s’envole en direction de Bruxelles et marque définitivement la fin du séjour.

Bilan du séjour ? Les Philippines, à conseiller ?

Distinguons ce qui est relatif au pays et à l’organisation. Les Philippines sont magnifiques par sa richesse de paysages, d’activités et sa population. Nous sommes vraiment tombés sous le charme des Philippins qui restent des personnes très simples, respectueuses et prêt à aider. A plusieurs reprises, nous nous sommes étonnés des réactions des locaux.

D’un point de vue Nature, les Philippines sont incroyables ! Jungle, plages, coraux, faunes, flores, volcans, montagnes… La liste des merveilles que vous pouvez croiser sur votre chemin est longue.

D’un point de vue organisation, nous déplorons le manque de temps : 2 semaines restent un court séjour pour tout ce que nous avons fait. Mais finalement, nous rentrons satisfaits. Nous en avions longuement discuté, mais pour conclure sur ce point : Si on avait tout organisé, on n’aurait pas laissé de la place à l’imprévisible. Et c’est l’imprévisible qui a rythmé notre séjour et nous a créé les meilleurs moments et rencontres.

En lien avec l’article : Partir à l’aventure, faites une pause dans votre vie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *