Méthode

Fabriquer son savon Bio – Facile : La saponification à froid

Bienvenue dans ce nouveau tutoriel DIY pour fabriquer son savon à base d’huile, de soude et d’huile de coude. Après notre article sur la fabrication d’un savon sans soude, si vous vous sentez prêt à manipuler des produits un peu plus dangereux, on se lance avec vous.

Introduction à la saponification à froid :

Qu’est-ce que le savon ? Et bien, le savon se définie par lui même, c’est du savon. Il provient d’une réaction chimique entre un corps gras et une base (la soude). Cette réaction exothermique est relativement lente et peut être accélérer en chauffant le mélange. C’est la principale différence entre une saponification à froid (plutôt artisanale) et à chaud (plutôt industriel – Time is Money !).

Le grand avantage d’une saponification à froid est la conservation des propriétés des huiles car non chauffés. Ainsi, vous pourrez pleinement profiter des huiles essentielles de votre savon.

Fabriquons notre savon ! Les bases ?

Avant de commencer, il est essentiel de s’équiper du bon matériel. Pour cela, vous trouverez dans vos armoires :

  • Une grande casserole
  • Un fouet ou un batteur électrique (non obligatoire)
  • Un doseur
  • Une balance

En plus de ce matériel, pensez à avoir des protections (lunettes, vieux vêtements ou blouse, gants).

En terme d’ingrédients, la liste est assez simple :

Chaque huile a un indice de saponification qui permet de déterminer la quantité de soude avec laquelle le corps gras va réagir pour entièrement se transformer en savon. Dans ces conditions, il ne reste plus de soude et plus d’huile. Seulement, il faut toujours augmenter la dose d’huile pour éviter une réaction non complète (laissant des traces de soudes) et pour profiter des propriétés de l’huile. On parle de surgras. Selon les savons, on utilise un surgras de 5 à 10%.

Lorsque vous utilisez de la soude pure et non de la lessive de soude, l’eau est un ingrédient de votre recette. A doser entre 30 à 35% de la masse d’huile.

La recette du Savon de Castille – 100% Huile d’Olive

La recette la plus simple et la plus abordable est le savon de Castille. Souvent confondu avec la recette du Savon de Marseille qui utilise des huiles de Coprah, le savon à l’huile d’Olive est un savon simple avec de très bonnes propriétés pour la peau.

L’huile d’Olive a un indice de saponification de 0,135g de soude NaOH pour 1g d’huile.

Les dosages du savon de Castille – 6% de Surgras – 1kg de savon:

  • 600g + d’Huile d’Olive Bio
  • 0,135x600g – 6%= 76g de soude NaOH
  • 180g d’eau

Etape 1 : La première étape consiste à peser la soude et prendre 76g dans un pot en verre que vous conserverez à l’abris. La valeur de 76g a été calculé à partir de la quantité d’huile et en enlevant une partie pour avoir un excès d’huile d’olive.

Etape 2 : Prélèvez 180g (ou mL) d’eau dans un pot en verre.

Etape 3 : Versez petit à petit la soude dans l’eau à l’aide d’une cuillère. Attention, il s’agit de la seule étape sensible, prenez les précautions suivantes :

  • Versez toujours la soude dans l’eau et non l’inverse
  • La réaction produit beaucoup de chaleur
  • De la vapeur s’echappe de la réaction, réalisez-là à l’extérieur ou dans un endroit ventilé.
  • Evitez le contact de cette solution avec vos doigts. En cas de brûlure de soude, appliquez du vinaigre.

Etape 4 : Pesez 600g d’huile d’Olive et mettez la solution dans votre casserole.

Etape 5 : Même si la réaction peut se faire à froid, elle est accélérée si vous chauffez légèrement votre mélange vers 40°C. Vous pouvez ajoutez votre eau + soude lorsqu’elle celle ci aura un peu refroidit.

Etape 6 : Mélangez énergiquement pour s’assurer que l’ensemble devien homogène. La réaction est lente, mais vous pouvez observer un mélange plus compacte (voir un début de solidification qu’on appelle trace).

Etape 7 : Une fois l’obtention de cette trace ou au moins d’un mélange légèrement épais, coulez ce dernier dans un récipient et couvrez-le.

Etape 8 : Dès le lendemain, si le mélange est devenu dur, démoulez-le. Vous pourrez ainsi le découper. Ensuite, laissez le savon à l’abris de l’humidité et attendez quelques semaines pour que la réaction soit complète.

Je fabrique mon savon : Les questions les plus courantes ?

Que se passe-t-il si je surdose l’un des ingrédients (soude, eau ou huile) ?

En venant surdoser un des ingrédients, vous venez perturber l’équilibre de la réaction. Un léger surdosage d’huile permet d’avoir une réaction de la soude complète, ce qui est une très bonne chose. L’inverse est plus grave car votre savon aura encore des résidus de soude, donc inutilisable.

L’eau est un élément neutre, mais influence sur la physique du savon et le temps de réaction. En ajoutant trop d’eau, votre savon ne pourra pas se durcir correctement.

J’ai suivi toutes les étapes, mais je ne vois pas de « trace » arriver ?

Si après 45min de mélange énergétique aucune trace apparait, ce n’est pas grave. Peut-être qu’il y a trop d’eau dans votre mélange ? La réaction a pu se faire et continuera dans les jours à venir, moulez tout de même votre savon et regarder son évolution sur les prochains jours.

Quand mon savon sera-t-il prêt ?

La vitesse de la réaction dépend de beaucoup d’élement (dont la température, la qualité du mélange initiale, les types d’huiles). Sur une saponification à froid, il faut compter quelques semaines pour que le savon durcisse et soit prêt.

Comment savoir si mon savon est prêt ?

Il a plusieurs façon de vérifier que votre savon est prêt. Tout d’abord, le savon doit être dur et mousser lorsqu’il est mouillé et frotté.

Vous pouvez également tester le goût du savon avec le bout de votre lèvre ou langue, si vous ressentez un picotement, le savon est encore trop basique et la réaction doit encore se faire. Avant de tester sur votre langue, tester sur une autre petite partie de votre peau.

Une péllicule blanchâtre apparait au-dessus de savon ?

C’est normal, cela arrive lors de la réaction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *